La licéité d’une clause de non-concurrence n’est pas subordonnée à l’énumération des risques concurrentiels

Cass. soc., 15 décembre 2021, n°20-18.144

Ainsi que l’a rappelé la Cour de cassation dans sa décision du 15 décembre 2021, il est de jurisprudence constante que la licéité d’une clause de non-concurrence est subordonnée au respect de plusieurs conditions cumulatives (cf Cass. soc., 10 juillet 2002, n°99-43.334).

Ainsi, la clause de non-concurrence doit :
– Être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise ;
– Être limitée dans le temps et dans l’espace ;
– Tenir compte des spécificités de l’emploi du salarié ;
– Comporter l’obligation de verser une contrepartie financière.

Ces conditions, restrictives, visent à assurer le respect du principe de libre exercice d’une activité professionnelle et de l’article L. 1121-1 du Code du travail – puisque le salarié soumis à une clause de non-concurrence se voit interdire d’exercer une activité déterminée dans un temps et un lieu défini.

Dès lors, ce strict encadrement de la clause impose à l’employeur de faire preuve de vigilance lorsqu’il décide d’y soumettre un salarié.

A cet égard, l’employeur doit être en mesure de justifier qu’elle est indispensable à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise.

Mais jusqu’où va cette obligation ? Implique-t-elle de définir les risques concurrentiels encourus dans le contrat de travail ?

La Cour de cassation a répondu par la négative dans sa décision du 15 décembre 2021, sanctionnant la position adoptée par la Cour d’appel d’Amiens (arrêt du 28 mai 2020).

En ce sens, la chambre sociale a estimé qu’en exigeant cette définition des risques concurrentiels dans le contrat de travail, la Cour d’appel avait ajouté à la loi une condition qu’elle ne prévoyait pas.

Cette décision, d’apparence favorable à l’employeur puisqu’elle ne le soumet pas à une nouvelle obligation, maintient toutefois l’encadrement strict qui lui est réservé.

En effet, la Cour de cassation n’oublie pas de rappeler que celle-ci doit être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l’entreprise.

En conséquence, s’il n’appartient pas à l’employeur d’énumérer les risques concurrentiels justifiant l’existence de la clause de non-concurrence, il doit néanmoins toujours être en mesure de démontrer que celle-ci est indispensable à la protection de ses intérêts légitimes.

Ces actualités pourraient également vous intéresser
L’Actu by NMCG – Janvier 2023
L'actu by NMCG
L'Actu by NMCG - Janvier 2023
NMCG Avocats : Chloé Perez promue Of Counsel au sein de l’équipe Droit social
Communiqué de presse
NMCG Avocats : Chloé Perez promue Of Counsel au sein de l’équipe Droit social
Précisions sur la prime de partage de la valeur apportées par le BOSS
Article
Précisions sur la prime de partage de la valeur apportées par le BOSS
Le seul fait pour un salarié de partir avec le fichier clients de son ancien employeur dans le cadre de la création d’une entreprise concurrente constitue un acte de concurrence déloyale
Article
Le seul fait pour un salarié de partir avec le fichier  clients de son ancien employeur dans le cadre  de la création d’une entreprise concurrente  constitue un acte de concurrence déloyale
Désignation d’un délégué syndical : il revient au syndicat de démontrer le caractère « distinct » de l’établissement dans lequel le représentant exerce ses missions
Article
Désignation d’un délégué syndical : il revient au syndicat de démontrer le caractère « distinct » de l’établissement dans lequel le représentant exerce ses missions
« Il n’est pas nécessaire d’aller vite, le tout est de ne pas s’arrêter »
Article
« Il n'est pas nécessaire d'aller vite, le tout est de  ne pas s'arrêter »
Focus sur le CDD – Partie 2
Vidéo
Focus sur le CDD - Partie 2
Focus sur le CDD – Partie 1
Vidéo
Durée: 3:00
Focus sur le CDD - Partie 1
Tous les jours fériés sont-ils chômés et payés ?
Vidéo
Durée: 4:12
Tous les jours fériés sont-ils chômés et payés ?
Dernières évolutions législatives dans le projet de loi « Marché du travail »
Article
Dernières évolutions législatives dans le projet de loi « Marché du travail »
Licenciement disciplinaire: un délai d’un mois strict pour notifier la rupture
Article
Licenciement disciplinaire: un délai d’un mois  strict pour notifier la rupture
Licenciement nul : en cas de pluralité des motifs, l’employeur peut limiter sa condamnation !
Article
Licenciement nul : en cas de pluralité des motifs, l’employeur peut limiter sa condamnation !
La procédure de signalement interne du lanceur d’alerte à mettre à jour dans les sociétés de 50 salariés et plus
Article
La procédure de signalement interne du lanceur  d'alerte à mettre à jour dans les sociétés de 50  salariés et plus
Un CSE, signataire d’un accord collectif, n’est pas recevable à invoquer, par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord
Article
Un CSE, signataire d’un accord collectif, n’est pas recevable à invoquer, par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord
Nullité encourue pour la rupture conventionnelle antidatée
Article
Nullité encourue pour la rupture conventionnelle antidatée
Projet de loi sur le marché du travail : vers un nouveau mode de rupture ?
Article
Projet de loi sur le marché du travail : vers un  nouveau mode de rupture ?
Les Distinctions