Les nouvelles informations à transmettre aux salariés embauchés depuis le 1er août 2022

Une Directive 2019/1152 du 20 juin 2019, relative à des conditions de travail transparentes et prévisibles dans l’Union européenne, a abrogé la Directive 91/533 du 14 octobre 1991 qui fixait, notamment, les informations à communiquer par l’employeur aux salariés lors de leur embauche.

Cette nouvelle Directive étend la liste des informations à transmettre au candidat lors de son recrutement, raccourcit le délai de transmission de ces informations et prévoit l’établissement de droits minimaux pour les travailleurs.

Les États membres disposaient de 3 années pour prendre les mesures nécessaires pour se conformer aux nouvelles règles édictées par cette Directive de 2019. En l’absence de transposition en droit français, les dispositions du Code du travail doivent être interprétées à la lumière des exigences de cette Directive depuis le 1er août 2022.

Il s’agit donc ici de pointer succinctement les changements intervenus depuis cette date, afin de ne pas commettre d’impair.

> Le champ d’application est élargi, l’employeur ayant l’obligation d’informer de nouvelles personnes.

Outre les salariés, sont désormais inclus dans cette obligation : les stagiaires, les apprentis et les travailleurs des plateformes de mise en relation.

> Le contenu de l’information a également fait l’objet d’une extension.

Pour mémoire, depuis la Directive de 1991, l’employeur a déjà l’obligation d’informer le salarié, de manière écrite et individuelle, sur l’identité des parties, le lieu de travail, le poste (titre, grade, qualité ou catégorie d’emploi), la date de début du contrat, la durée du congé payé et des délais de préavis, la rémunération (montant de base, éléments constitutifs, périodicité et mode de versement), et les conventions et accords collectifs applicables.

Désormais, en sus de ces informations, de nouvelles doivent être transmises, à savoir : la durée et les conditions de la période d’essai, le droit à la formation, la procédure complète à respecter en cas de rupture de la relation contractuelle (délai de préavis…), l’identité des organismes de sécurité sociale percevant les cotisations de sécurité sociale et la protection sociale fournie par l’employeur (incluant la couverture par les régimes complémentaires).

Aussi, concernant les contrats temporaires, il conviendra de mentionner la date de fin ou la durée prévisible de la relation de travail, y compris pour les CDD, et l’identité des entreprises utilisatrices pour les contrats de travail temporaire.

> Les changements relatifs aux délai et support de transmission

Auparavant, le délai maximal de communication des informations était fixé à 2 mois.

Depuis le 1er août 2022 :

  • les informations relatives à l’identité des parties, au lieu de travail, au poste, aux dates de début et de fin de la relation de travail, à la durée de la période d’essai, à la rémunération et à la durée du travail doivent être transmises au travailleur sous la forme d’un ou de plusieurs documents, durant la première semaine de travail (délai de 7 jours calendaires) ;
  • les autres informations doivent être en revanche fournies dans un délai d’1 mois à compter du premier jour de travail.

Par ailleurs, l’information doit désormais se faire au moyen d’un ou de plusieurs documents remis soit sur papier, soit sous forme électronique. Néanmoins, il convient d’être vigilant sur cette dernière hypothèse, puisque la remise sous forme électronique n’est possible que si le travailleur a accès à ces informations, si celles-ci peuvent être stockées et imprimées et si l’employeur conserve un justificatif de la transmission et de la réception sous format électronique.

Enfin, la Directive de 2019 prévoit la possibilité pour les États membres d’élaborer des documents ou des modèles types à mettre à disposition du travailleur et de l’employeur – ce qui ne semble pas avoir été fait à ce jour.

Ces actualités pourraient également vous intéresser
L’Actu by NMCG – Janvier 2023
L'actu by NMCG
L'Actu by NMCG - Janvier 2023
NMCG Avocats : Chloé Perez promue Of Counsel au sein de l’équipe Droit social
Communiqué de presse
NMCG Avocats : Chloé Perez promue Of Counsel au sein de l’équipe Droit social
Précisions sur la prime de partage de la valeur apportées par le BOSS
Article
Précisions sur la prime de partage de la valeur apportées par le BOSS
Le seul fait pour un salarié de partir avec le fichier clients de son ancien employeur dans le cadre de la création d’une entreprise concurrente constitue un acte de concurrence déloyale
Article
Le seul fait pour un salarié de partir avec le fichier  clients de son ancien employeur dans le cadre  de la création d’une entreprise concurrente  constitue un acte de concurrence déloyale
Désignation d’un délégué syndical : il revient au syndicat de démontrer le caractère « distinct » de l’établissement dans lequel le représentant exerce ses missions
Article
Désignation d’un délégué syndical : il revient au syndicat de démontrer le caractère « distinct » de l’établissement dans lequel le représentant exerce ses missions
« Il n’est pas nécessaire d’aller vite, le tout est de ne pas s’arrêter »
Article
« Il n'est pas nécessaire d'aller vite, le tout est de  ne pas s'arrêter »
Focus sur le CDD – Partie 2
Vidéo
Focus sur le CDD - Partie 2
Focus sur le CDD – Partie 1
Vidéo
Durée: 3:00
Focus sur le CDD - Partie 1
Tous les jours fériés sont-ils chômés et payés ?
Vidéo
Durée: 4:12
Tous les jours fériés sont-ils chômés et payés ?
Dernières évolutions législatives dans le projet de loi « Marché du travail »
Article
Dernières évolutions législatives dans le projet de loi « Marché du travail »
Licenciement disciplinaire: un délai d’un mois strict pour notifier la rupture
Article
Licenciement disciplinaire: un délai d’un mois  strict pour notifier la rupture
Licenciement nul : en cas de pluralité des motifs, l’employeur peut limiter sa condamnation !
Article
Licenciement nul : en cas de pluralité des motifs, l’employeur peut limiter sa condamnation !
La procédure de signalement interne du lanceur d’alerte à mettre à jour dans les sociétés de 50 salariés et plus
Article
La procédure de signalement interne du lanceur  d'alerte à mettre à jour dans les sociétés de 50  salariés et plus
Un CSE, signataire d’un accord collectif, n’est pas recevable à invoquer, par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord
Article
Un CSE, signataire d’un accord collectif, n’est pas recevable à invoquer, par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord
Nullité encourue pour la rupture conventionnelle antidatée
Article
Nullité encourue pour la rupture conventionnelle antidatée
Projet de loi sur le marché du travail : vers un nouveau mode de rupture ?
Article
Projet de loi sur le marché du travail : vers un  nouveau mode de rupture ?
Les Distinctions