Licenciement disciplinaire: un délai d’un mois strict pour notifier la rupture

Cass. Soc. 28-09-2022 n° 21-15.136 F-D, U. c/ Sté Novatec Guadeloupe

 

Dans un arrêt du 28 septembre 2022, la Cour de cassation précise que la notification du licenciement pour motif disciplinaire doit intervenir dans le délai d’un mois à partir de l’entretien préalable alors même qu’il ne s’est pas présenté et qu’à défaut, le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

En l’espèce, une salariée convoquée à un entretien préalable le 21 novembre se ne présente pas le jour indiqué.

Un nouvel entretien est programmé par l’employeur le 14 décembre, et son licenciement lui est notifié le 22 décembre.

Contestant le bien-fondé de son licenciement, elle saisit la juridiction prud’homale de diverses demandes, dont elle sera finalement déboutée.

Un appel est interjeté.

La salariée soutient que la notification de son licenciement intervenue le 22 décembre est tardive. En cela il serait dépourvu de cause réelle et sérieuse.

Elle affirme, en effet, que la notification doit être faite dans un délai d’un mois à partir de la date du premier entretien préalable manqué. Peu importe que l’employeur ait, de sa seule initiative, décidé de le reporter à une date ultérieure.

Tel n’est pas l’avis de la cour d’appel qui estime que ledit délai commence à courir le lendemain de la date du premier entretien soit le 22 novembre et expire le 22 décembre à vingt-quatre heures.

Un pourvoi est formé.

Le délai légal de notification du licenciement pour motif disciplinaire court il à compter du jour de l’entretien préalable ?

Selon la Cour de cassation, le délai de notification du licenciement pour motif disciplinaire court bel et bien à partir de la date de l’entretien préalable, et non le lendemain, et « expire le jour du mois suivant portant le même quantième que le jour de l’entretien préalable au licenciement ». En l’espèce, ce délai expirait donc ici le 21 décembre à minuit de sorte que la notification réalisée le 22 décembre est tardive, privant le licenciement de cause réelle et sérieuse.

Pour rappel, cette règle doit être respectée, même lorsque le salarié régulièrement convoqué à l’entretien est absent (Cass. Soc. 6 janvier 1999 n° 96-44.064 ; Cass. Soc. 14 septembre 2044 n° 03-43.796). Et quand bien même l’employeur décide, de sa seule initiative, de reporter l’entretien (Cass. Soc. 20 mai 2014 n°12-28.046 ; Cass. Soc. 17 avril 2019 n°17-31.228).

Seule l’impossibilité, dûment justifiée, pour le salarié d’assister à l’entretien ou sa demande de report permettent de décaler le délai de notification d’un mois à la nouvelle date d’entretien (Cass. Soc. 7 juin 2006 n°004-43.819).

Une position stricte, qui ne peut qu’inciter à ne pas reporter un entretien préalable de sa propre initiative, sauf à bien maîtriser l’ensemble des délais.

 

 

 

Ces actualités pourraient également vous intéresser
L’Actu by NMCG – Janvier 2023
L'actu by NMCG
L'Actu by NMCG - Janvier 2023
NMCG Avocats : Chloé Perez promue Of Counsel au sein de l’équipe Droit social
Communiqué de presse
NMCG Avocats : Chloé Perez promue Of Counsel au sein de l’équipe Droit social
Précisions sur la prime de partage de la valeur apportées par le BOSS
Article
Précisions sur la prime de partage de la valeur apportées par le BOSS
Le seul fait pour un salarié de partir avec le fichier clients de son ancien employeur dans le cadre de la création d’une entreprise concurrente constitue un acte de concurrence déloyale
Article
Le seul fait pour un salarié de partir avec le fichier  clients de son ancien employeur dans le cadre  de la création d’une entreprise concurrente  constitue un acte de concurrence déloyale
Désignation d’un délégué syndical : il revient au syndicat de démontrer le caractère « distinct » de l’établissement dans lequel le représentant exerce ses missions
Article
Désignation d’un délégué syndical : il revient au syndicat de démontrer le caractère « distinct » de l’établissement dans lequel le représentant exerce ses missions
« Il n’est pas nécessaire d’aller vite, le tout est de ne pas s’arrêter »
Article
« Il n'est pas nécessaire d'aller vite, le tout est de  ne pas s'arrêter »
Focus sur le CDD – Partie 2
Vidéo
Focus sur le CDD - Partie 2
Focus sur le CDD – Partie 1
Vidéo
Durée: 3:00
Focus sur le CDD - Partie 1
Tous les jours fériés sont-ils chômés et payés ?
Vidéo
Durée: 4:12
Tous les jours fériés sont-ils chômés et payés ?
Dernières évolutions législatives dans le projet de loi « Marché du travail »
Article
Dernières évolutions législatives dans le projet de loi « Marché du travail »
Licenciement nul : en cas de pluralité des motifs, l’employeur peut limiter sa condamnation !
Article
Licenciement nul : en cas de pluralité des motifs, l’employeur peut limiter sa condamnation !
La procédure de signalement interne du lanceur d’alerte à mettre à jour dans les sociétés de 50 salariés et plus
Article
La procédure de signalement interne du lanceur  d'alerte à mettre à jour dans les sociétés de 50  salariés et plus
Un CSE, signataire d’un accord collectif, n’est pas recevable à invoquer, par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord
Article
Un CSE, signataire d’un accord collectif, n’est pas recevable à invoquer, par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord
Nullité encourue pour la rupture conventionnelle antidatée
Article
Nullité encourue pour la rupture conventionnelle antidatée
Projet de loi sur le marché du travail : vers un nouveau mode de rupture ?
Article
Projet de loi sur le marché du travail : vers un  nouveau mode de rupture ?
Licenciement pour faute et condamnation pénale : la preuve retenue au pénal ne peut pas être contestée devant les prud’hommes
Article
Licenciement pour faute et condamnation  pénale : la preuve retenue au pénal ne peut pas  être contestée devant les prud’hommes
Les Distinctions