Le renouvellement du bail commercial – Part.2 (2/2)

Le renouvellement du bail est l’occasion pour le bailleur, mais également parfois pour le locataire, de fixer un nouveau montant du loyer.

Le principe est que les modalités du montant de loyer sont libres entre les parties.

Toutefois, en cas d’accord entre les parties sur le principe du renouvellement et pas sur le montant des nouveaux loyers proposés soit par le bailleur, soit par le locataire, la partie la plus diligente devra alors saisir le juge des loyers commerciaux d’une demande de fixation du loyer du bail renouvelé dans un délai de deux ans à compter de la date de prise d’effet du congé.

Le juge fixera alors le montant du nouveau loyer en appliquant les règles régissant le plafonnement ou le déplafonnement du loyer selon les circonstances.

Le plafonnement du loyer renouvelé ainsi que la variation du loyer ne peuvent pas dépasser la variation de l’indice trimestriel des loyers commerciaux, mais dans certains cas, le loyer du bail renouvelé peut être fixé sans respecter la règle du plafonnement du loyer.

On parle alors de déplafonnement.

Il y a deux causes de déplafonnement, le déplafonnement lié à la durée du bail, c’est-à-dire lorsque le bail est conclu ou renouvelé pour une durée supérieure à neuf ans, ou lorsque le bail se poursuit au-delà d’une durée de douze ans en raison de l’inaction des parties.

Donc, lorsque ni le locataire ni le bailleur n’ont sollicité le renouvellement du bail, la seconde cause du déplafonnement, et lorsqu’il y a eu des modifications notables au cours du bail, il peut s’agir de modification des caractéristiques du local considéré.

Par exemple, s’il y a eu des travaux qui ont été réalisés par changement de destination des lieux, d’une modification des obligations respectives du bailleur et du locataire ou encore d’une modification des facteurs locaux de commercialité.

La modification d’un seul de ces éléments peut justifier le déplafonnement du loyer et cette modification doit être notable, c’est-à-dire qu’elle doit être suffisamment importante.

C’est alors le juge qui appréciera au cas par cas l’existence de cette modification.

Le loyer déplafonné sera alors fixé à la valeur locative.

Pour la calculer, on va s’attacher essentiellement aux caractéristiques des locaux et aux prix couramment pratiqués dans le voisinage.

Ces actualités pourraient également vous intéresser
L’Actu by NMCG – Mars 2024
L'actu by NMCG
L'Actu by NMCG - Mars 2024
Bail commercial : L’offre de renouvellement à des clauses différentes vaut refus de renouvellement
Article
Bail commercial : L’offre de renouvellement à des clauses différentes vaut refus de renouvellement
Droit de la vente : un vice caché 20 ans après
Article
Droit de la vente : un vice caché 20 ans après
Logement : une nouvelle loi rééquilibrant les droits des propriétaires
Article
Logement : une nouvelle loi rééquilibrant les droits des propriétaires
La sous-location des locaux commerciaux
Article
La sous-location des locaux commerciaux
Le renouvellement du bail commercial – Part.1 (1/2)
Vidéo
Le renouvellement du bail commercial - Part.1 (1/2)
Les conséquences du nouveau (DPE) sur les propriétaires bailleurs
Vidéo
Les conséquences du nouveau (DPE) sur les propriétaires bailleurs
Non-renouvellement du bail : modalités de fixation de l’indemnité d’occupation
Article
Non-renouvellement du bail : modalités de fixation de l'indemnité d'occupation
Les Distinctions