Les premiers pas du guichet unique des entreprises

Depuis le 1er janvier 2023, le guichet unique électronique des formalités d’entreprises remplace les différents centres de formalités des entreprises (CFE) pour l’ensemble des formalités de création, modification ou cessation d’activité des entreprises.

Le Code de commerce dresse une liste des différentes déclarations devant être déposées en ligne sur le site Internet du guichet unique, il s’agit notamment :

  • Des immatriculations au registre national des entreprises (RNE) ;
  • Des immatriculations au registre du commerce et des sociétés (RCS), au registre spécial des agents commerciaux et, pour les personnes physiques, au registre spécial des entreprises individuelles à responsabilité limitée ;
  • De l’indication des bénéficiaires effectifs des personnes morales ;
  • De toute déclaration ou modification du ou des dirigeants des personnes morales ;
  • De tout changement, toute extension ou toute cessation partielle des activités exercées ;
  • De toute modification du mode d’exploitation de l’entreprise ou de ses établissements ;
  • De toute cessation définitive d’activité, décès et radiation des personnes physiques ;
  • Detoute cessation définitive d’activité, dissolution et liquidation, le cas échéant, et radiation des personnes morales ;
  • De toute déclaration d’existence aux services des impôts de la DGFiP et toute demande d’affiliation aux Urssaf et aux caisses de sécurité sociale.

Plusieurs organismes seront destinataires des formalités, il s’agit principalement de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE), des greffes des tribunaux de commerce et des tribunaux judiciaires, des chambres des métiers et de l’artisanat, des services des impôts de la DGFiP et des URSSAF.

Cependant, la mise en place du guichet unique des entreprises se heurtent déjà à plusieurs problématiques de taille :

  • Problèmes techniques ;
  • Inaccessibilité de la plateforme ;
  • Piratage informatique ;
  • Hotline saturée.

 

QUE FAIRE LORSQUE L’ON SE HEURTE A DES DIFFICULTÉS SUR LE SITE DU GUICHET UNIQUE ?

Une procédure dérogatoire a été prévue en cas de difficulté grave de fonctionnement du guichet unique afin d’assurer la continuité du service : il s’agit de la procédure de secours.

Le déclenchement de cette procédure de secours incombe au collège stratégique de pilotage du guichet unique suite à un signalement de déclarants de l’impossibilité temporaire de réaliser toute formalité de déclaration de création, modification ou cessation, ou de la transmission par un membre du collège stratégique d’une telle impossibilité.

Afin que cette procédure soit mise en œuvre, une difficulté grave doit exister. Cette difficulté grave n’est caractérisée que si les critères cumulatifs suivants sont remplis :

  • Impossibilité de déposer les dossiers en raison d’une indisponibilité générale du guichet unique électronique ou d’un blocage d’un type de formalité particulier ;
  • Absence de solution alternative permettant le dépôt des dossiers par l’intermédiaire du guichet unique ;
  • Absence de résolution possible dans les 15 jours suivant le signalement ou la transmission.

Dans un délai maximal de 96 heures après réception du signalement, le collège stratégique décide de mettre en œuvre la procédure de secours. Sa décision devra mentionner :

  • Le type de formalité concernée, en précisant l’événement, la forme juridique, l’activité et, le cas échéant, la profession concernée ;
  • Les organismes chargés d’assurer la continuité du service ;
  • Le délai prévisionnel durant lequel la procédure de secours est mise en œuvre. Lorsque la difficulté grave n’est pas résolue à l’expiration de ce délai, le collège stratégique peut le prolonger pour une nouvelle durée qu’il détermine.

Le signalement effectué par le déclarant interrompt les délais applicables à sa formalité.

 

QUE FAIRE APRÈS LA MISE EN ŒUVRE DE CETTE PROCÉDURE ?

Une fois le signalement effectué, le déclarant devra poursuivre les formalités auprès des organismes chargés d’assurer la continuité du service, à savoir les anciens CFE : chambre de commerce et d’industrie (CCI), chambre des métiers et de l’artisanat, greffier des tribunaux de commerce et des tribunaux judiciaires, URSSAF, chambre d’agriculture.

Dans ce cas, la déclaration est effectuée via le guichet-entreprise. Les différentes informations sont alors transmises par le biais d’un formulaire électronique avec les pièces aux organismes chargés d’assurer la continuité du service. Ces derniers transmettront alors, le même jour, le dossier complet comprenant les informations et les pièces aux divers organismes (INPI, INSEE, greffes, chambres des métiers, etc.).

 

À NOTER

Pour tous les dossiers transmis aux CFE mais non traités avant le 31 décembre 2022, un délai fixé au 31 janvier 2023 a été fixé afin que les organismes chargés d’assurer la continuité du service selon la procédure de secours puissent les traiter.

Ces actualités pourraient également vous intéresser
L’Actu by NMCG – Mars 2024
L'actu by NMCG
L'Actu by NMCG - Mars 2024
Nature juridique de la location saisonnière touristique : Civile ou commerciale ?
Article
Nature juridique de la location saisonnière touristique : Civile ou commerciale ?
La nullité suppose une restitution, la responsabilité des dommages-intérêts !
Article
La nullité suppose une restitution, la responsabilité des dommages-intérêts !
EGALIM 3 : Une obligation de négocier de bonne foi […]
Article
EGALIM 3 : Une obligation de négocier de bonne foi [...]
Fraude au président : Cas de responsabilité de la banque d’une société victime pour manquement à son devoir de vigilance
Article
Fraude au président : Cas de responsabilité de la banque d’une société victime pour manquement à son devoir de vigilance
Saisies préalables : enfin un contrôle de la loyauté du Requérant ?
Article
Saisies préalables : enfin un contrôle de la loyauté du Requérant ?
Résoudre un contrat sans mise en demeure préalable pourtant nécessaire
Article
Résoudre un contrat sans mise en demeure préalable pourtant nécessaire
La nécessaire franchise du franchiseur
Article
La nécessaire franchise du franchiseur
Certaines entreprises peuvent bénéficier de dispositions du Code de la consommation
Article
Certaines entreprises peuvent bénéficier de dispositions du Code de la consommation
Les critères d’une rupture brutale d’une relation commerciale établie
Article
Les critères d’une rupture brutale d’une relation commerciale établie
Un impayé : quelle procédure choisir ?
Article
Un impayé : quelle procédure choisir ?
Droit des contrats : rappel utile de la 3ème Chambre Civile
Article
Droit des contrats : rappel utile de la 3ème Chambre  Civile
Les professionnels du droit exerçant sous la forme de sociétés commerciales de droit commun sur la sellette
Article
Les professionnels du droit exerçant sous la forme  de sociétés commerciales de droit commun sur la sellette
La clause intuitu personae à l’épreuve du changement de contrôle ou de direction de l’une des sociétés contractantes
Article
La clause intuitu personae à l’épreuve du changement de contrôle ou de direction de l’une des sociétés contractantes
Evolution législative et jurisprudentielle pour les « Dark stores » et les « Dark kitchens »
Article
Evolution législative et jurisprudentielle pour les « Dark stores » et les « Dark kitchens »
Interprétation des clauses d’agrément antérieures à la réforme du 24 juin 2004 […]
Article
Interprétation des clauses d’agrément antérieures à la réforme du 24 juin 2004 [...]
Les Distinctions